Logo Pollen
HOTEL DE CAUMONT – 3 rue Cabassol – Aix en Provence (13100) | Pellen Daudé

HOTEL DE CAUMONT – 3 rue Cabassol – Aix en Provence (13100)

MISSIONS : Restauration, diagnostic, étude préalable, mission de maîtrise d’oeuvre complète
MAÎTRE D’OUVRAGE : Ville d’Aix-en-Provence / CULTURESPACES
PHASE : Livraison, fin mars 2015 – Ouverture au public, mai 2015
BUDGET : 6 500 000 euros
SURFACE hôtel et communs : 2 800m2
SURFACE cours et jardins : 1600 m2


Restauration d’un hôtel particulier du XVIIIe siècle, dessiné par l’architecte Robert de Cotte architecte surintendant de Louis XIV et transformé en nouveau centre d’Art pour Culturespaces.

Restoration of an 18th century hôtel particulier, designed by Robert de Cotte, architect superintendent of Louis XIV, and transformed to become the new Culturespaces Art Center.


Révéler l’hôtel de CAUMONT, gommer les modifications induites par les différents usages qui depuis le milieu du XIXe siècle ont malmené cet édifice, restituer l’organisation spatiale d’un des plus beaux hôtels particuliers du début du XVIIIe siècle, dans le quartier Mazarin à Aix-en-Provence, a été un travail passionnant.

Robert de Cotte, architecte surintendant du Roi, nous a transmis une œuvre que l’on se devait de respecter, de valoriser et d’accompagner des aménagements nécessaires à sa nouvelle vocation : le Centre d’Art de Culturespaces.

L’architecture classique du grand siècle, s’exprime dans une mise en scène de la cour à carrosse. La façade, ordonnancée par le rythme impair de ses baies, présente un avant-corps scandé par des pilastres monumentaux jumelés, unifiant les trois niveaux d’élévation. L’arc du portail à carrosse, concave, s’orne d’entrelacs et de volutes. Les pilastres à large corniche portant des « pots à feu », actuellement disparus, sont sculptés de visages féminins et masculins.

Une véritable enquête comparant les sources écrites et le bâti nous a permis de retrouver la composition intérieure et les volumes d’origines, ainsi que les décors et les ambiances colorées, suite à la campagne de sondages menée par Antoinette Sinigaglia de l’entreprise Sinopia.

De part et d’autre du grand axe de symétrie constitué par le vestibule et la cage d’escalier monumentale, l’enfilade d’antichambre, de chambre et de cabinet est maintenant présentée. Côté sud, l’ornementation de gypseries rococo a été restaurée et restituée dans les ambiances colorées qui ont prévalu à leur édification. Les salons d’apparat en gris et or démontrent de la richesse du registre décoratif mis en œuvre, vers 1740, par la gente féminine de la famille des Reauville et illustre parfaitement le goût régence pour des décors d’une finesse et d’un détail de très grande qualité.